Identification






Aïe ! J'ai oublié mon mot de passe !

Stratosphère en l'air

dimanche 26 mai 2019 à 22h35 par Hoggins!
Enola à pleins poumons !
Enola à pleins poumons !
© Nicolas Constans
Plus d'informations sur l'utilisation des images...

Cette soirée Rock In Space était placée sous le signe de l'humidité, à n'en pas douter. Moiteur et chaleur furent les maîtres-mots, tant l'eau tombait au dehors et la vapeur flottait en dedans.

Car la gageure était de taille : à l'heure où il se dit que le métal, le punk ou le rock n'ont plus le vent en poupe alors qu'on remplit des festivals entiers et que la populace se déplace en masse, il était temps de montrer à la face du monde que même à Castres où bouger les choses et les gens n'est pas toujours chose aisée, il y avait pourtant matière à voir et à entendre.

C'est vrai, quoi : pourquoi RADIOM et ses acolytes co-organisateurs de ces soirées pleines de sueur se cassent-elles encore la tête à s'acharner à préparer de tels événements ? La réponse tient dans ce qu'on y croise. Artistes, public, amis, buveurs et mangeurs, musiciens, musicophiles, headbangers, danseurs torse-poil et connaisseurs avisés.

Aussi peut-être avez-vous déjà lu la prose que l'on trouve sur Wallabirzine, et si ce n'est pas le cas, peut-être trouverez-vous une résonance avec « Rock In Space » et son ambiance si particulière en ce vendredi 24 mai 2019 dans Le déserteur. Si si, allez-y, imprégnez-vous-en et revenez dans quelques minutes ici-même.

Ce qu'on trouve dans les oreilles ici ce soir-là, c'est cet esprit de communion, cette volonté de transmettre quelque chose, ou encore par nihilisme total, ne rien transmettre du tout, vivre l'émotion et l'instant sans rien devoir à personne, même pas à soi-même. La scène est petite, mais c'est pas la taille qui compte.

Ce qui compte, c'est cette masse qui vient en prendre plein la tête pendant plusieurs heures, découvre par association de nouvelles choses, s'interroge, rigole et picole. Cette masse qui — et c'est très important — a bravé un temps particulièrement exécrable pour tenir une promesse faite à soi-même : ce soir je serai là, quoi qu'il m'en coûte.

Les premiers à se plier au difficile exercice d'une performance musicale précédée d'une interview furent Black Drop, le trio au nom équivoque qu'il convenait de démystifier en tout premier lieu. Une présence à retrouver dans son intégralité dans le podcast RADIOMFest : Black Drop :

Black Drop

504
La tâche difficile d'ouvrir le bal relevée avec brio par Black Drop ce soir-là, c'était le cadeau de bienvenue aux guerriers qui avaient choisi d'affronter les intempéries pour venir communier autour du Rock et de la bière gaillacoise.

Et puisqu'on s'était chauffés à l'idée d'associer l'utile à l'agréable, forts d'expériences pas trop ratées précédemment (relire et revoir Ülulons avec Öly dans un autre registre), nous décidâmes d'emboîter le pas à coups d'image, et c'est ainsi que la vidéo est née sur RADIOM, ou presque :

On a fait ce qu'on a pu, et on a réussi à récupérer un maximum d'images, parfois prises de soubresauts, mais c'est là : Black Drop qui bouge à l'écran !

Parler d'une simple mise en jambes serait particulièrement réducteur pour Black Drop, c'est pourtant le rôle ingrat qui incombe à tout un chacun qui se verrait confier l'ouverture d'un concert où se côtoieront quatre groupes et leurs fans respectifs.

Néanmoins en termes de progression, on imagine sans peine que l'on passe une étape supplémentaire avec la performance d'Enola qui suivra : poussez vos meubles (et surtout les tables, trop souvent insidieusement placées face à la scène, à ce qu'il paraît), poussez les murs, préparez-vous à vous faire pousser vous-mêmes, car c'est le début d'un set qui vient vous chercher par la peau de tout ce qui dépasse. Le podcast RADIOMFest : Enola en témoignera habilement :

Enola

491
En quelques secondes, la puissance a envahi la salle, les Ateliers ont vibré sous les coups de butoir d'Enola. Un cri du cœur qui vient du fond des tripes, une énergie projetée dans le visage du public.

Enola n'a pas poussé seulement les meubles : les tympans et quelques neurones y passent aussi, et un front mouvant de se créer petit à petit au devant de la scène, comme pour équilibrer les fluides.

Le cas Okoyome est d'un intérêt tout particulier tant il a emporté les suffrages d'un public déjà abasourdi par le démarrage de la soirée. On parle de puissance, assurément, avec un trio à la finesse rugueuse qui en a dans le coffre et dans le cœur. À ce stade-là, on ne parle même plus de rage ou d'énergie, le générateur de vapeur de la centrale de RADIOM vibre en cadence, on a trouvé une source infinie pour éclairer les générations futures, et les seuls déchets que produira cette indéfinissable centrale du Rock seront quelques canettes vides. Tout le reste n'est que pur mouvement, à retrouver dans RADIOMFest : Okoyome :

Okoyome

495
Juste équilibre pour lourde tâche que la performance d'Okoyome sur la scène des Ateliers ce soir-là. La pluie qui frappe aux carreaux et le froid dehors, la moiteur vibrante de l'énergie du trio à l'intérieur, le contraste est saisissant.

Oubliez l'image mentale, le casque vissé sur les oreilles, de cette performance qui nous emporte, et préférez l'image réelle, les accords plaqués et les couleurs sombres d'une cave située au premier étage : la vidéo est au rendez-vous pour Okoyome, et c'est loin d'être dommage.

Si c'est une boisson énergisante que vous recherchiez pour continuer votre soirée, préférez le cocktail Okoyome, réputé élevé au grain avec "rien que du bon" !

Il est déjà tard dans la soirée quand Dying Giants monte sur scène, et décision est prise d'occulter l'interview sans autre forme de procès pour se concentrer sur la performance pure. La dureté froide dans ce bayou humide. Un orage de chaleur qui inonde la pièce, rougeoie d'énergie dans une éructation de nappes et phrases percussives. Ici aussi ça pousse, vers le haut. Une ascension mentale, les yeux mi-clos. Si les regards se croisent, c'est intérieurement, avec des musiciens qui se font face pour une synchronicité parfaite. C'est ici encore en podcast que l'on retrouve cette unique performance, dans RADIOMFest : Dying Giants :

Dying Giants

425
C'est en guise de clôture que Dying Giants a officié ce soir-là, comme pour filer la métaphore d'une fin inéluctable. Accords puissants et phases entraînantes, on a poussé bien loin les murs pour accueillir la force de leur son.

Alors comme pour souligner le caractère exceptionnel du moment, l'instant qui n'était saisissable que sur place, en chair et en os, c'est une vidéo capricieuse qui sort des machines, et ne laisse entrevoir qu'un aperçu saccadé de ce que fut vraiment la performance. À apprécier comme une idée lointaine :


Un moment de communion pour Dying Giants que ne met pas en valeur une vidéo au rythme irrégulier. C'est pour vous punir de n'y être point venu par vous-mêmes.

... et les images !

Enola dans « Rock In Space » aux Ateliers

C'était le 24 mai 2019 en compagnie d'Okoyome, Dying Giants et Black Drop dans « Rock In space ». © Nicolas Constans

voir les photos...
Les Ateliers s'enfoncent dans la nuit, se laissent engloutir par la force des éléments, intérieurs et extérieurs. Inéluctablement, c'est le lendemain qui s'approche, et la dépression post-partum qui guette, entre bilan et perspectives. La perspective, c'est celle de continuer, encore et toujours, avec du son, des idées, des énergies et des esprits. C'est le prochain événement, Open'Arts #2 qui se prépare déjà pour un 14 juin ensoleillé.
Le bilan, c'est l'extrême fatigue d'un système sans fin, un éternel recommencement pour tenter de proposer quelques heures de bonheur profond, cette communion musicale que l'on recherche à tout prix, quitte à sacrifier beaucoup de choses. Aussi la ferveur sans faille des artistes qui viennent se produire est-elle un facteur marquant, déterminant, incontournable, dans cette possibilité de réitérer l'expérience. À coups de concessions de toutes parts, dans un monde où proposer de la Culture sous une forme que l'on a choisie est un combat de tous les instants, il est vital de souligner l'implication de tous.

Ce fut le cas pour ce Rock in Space.


Pour ne rien rater des actualités à venir, jetez un œil appuyé sur :
- la page de Dying Giants
- celle d'Okoyome
- puis celle d'Enola
- ou encore Black Drop
... mais aussi :
- Les Ateliers
- La Lune Derrière les Granges

Commentaires

Si tu es animateur, tu peux t'identifier pour éviter d'avoir à remplir tout ça.


(ne sera pas publié)


Sur RADIOM.fr, on en a un peu marre des commentaires qui te vendent des pilules pour les messieurs complexés par leur masculinité. Alors on met des vérifications un peu nulles, mais au moins, personne n'essaye de nous vendre des trucs tout pourris. Alors désolé, mais il faut que tu remplisses ça :

Pour vérifier que tu es bien humain(e), réponds à cette simple question : combien font cinq fois sept ? Évidemment, tu as le droit à la calculatrice.
Inscris la réponse ici :

Article

les trucs utiles

Article publié pour l'émission : Adresse permanente de cette page :

Auteur

naturellement radioactif

Hoggins!


594 articles publiés
Le dernier a 7 jours

Événement

incontournable

Rock In Space

Photos

l'album souvenir

Enola dans « Rock In Space » aux Ateliers

C'était le 24 mai 2019 en compagnie d'Okoyome, Dying Giants et Black Drop dans « Rock In space ». © Nicolas Constans

Réécouter

je répète pour les deux du fond

À lire aussi

vague ressemblance

par Hoggins!, il y a 23 jours

C'est toute une flopée d'annulations que nous voyons débouler dans nos vies, et les projets de RADIOM ne feront pas exception. C'est bien Rock Bandits qui va faire... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 1 mois

Inépuisables, infatigables — ou presque — lorsqu'il s'agit d'une nouvelle soirée concert, le trio infernal La Lune Derrière les Granges / Les Ateliers / RADIOM remet le couvert une fois... lire la suite...

par Soul Safari, il y a 1 mois

RADIOM, RADIOM, émission Good Sound For Good People en approche ! Et dimanche 23 février 2020 à 11:00, une heure pleine de groove vous attend, avec Saun & Starr,... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 1 mois

Oh qu'elle était belle, la soirée, oh qu'il est dur le matin ! Le Café Jean Jaurès a fait place nette, La Lune Derrière les Granges a remballé ses flambants artefacts,... lire la suite...

Articles

production abondante

par Hoggins!, il y a 7 jours

Plus aucun doute, on y est. Dans un élan de plusieurs jours, le nouvel épisode d'At Home se profile à un horizon qui est maintenant tout proche. Une vraie... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 8 jours

Après avoir annoncé que nous faisions une courte pause pour reprendre de plus belle lundi 30 mars 2020 à 21:00, nous nous décidâmes finalement à tenter un petit épisode... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 11 jours

C'est exactement comme quand on me demandait encore il y a peu « t'es dedans ? ». Forcément, un temps de réflexion était nécessaire avant de répondre. Était-ce une manière détournée de me... lire la suite...

Il ne vous a peut-être pas échappé qu'en cette étrange période de confinement face à la pandémie de Coronavirus COVID-19, le site de RADIOM, déjà pas toujours d'une vélocité exemplaire,... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 22 jours

Le 27 février aux Ateliers, c'était La nuit du Slam. Une douce soirée en ambiance feutrée, que l'on imaginerait dans une cave voûtée aux lumières tamisées, pour un... lire la suite...

Tous les articles de Hoggins!