Identification






Aïe ! J'ai oublié mon mot de passe !

Électro bien !

dimanche 16 juin 2019 à 14h06 par Hoggins!
La performance graphique de Mozaik Ninja pendant la soirée !
La performance graphique de Mozaik Ninja pendant la soirée !
© RADIOM
Plus d'informations sur l'utilisation des images...

Plein les yeux et les oreilles, c'était le pari de cette nouvelle édition d'Open'Arts après la précédente il y a quelques mois (relire Ouvrez les Arts et "On fire !"). Nombreuses furent les vapeurs qui entourèrent cette soirée, à commencer par cette moiteur tenace, cadeau de la pluie de la journée qui nous fit décider de mener ce festival à l'abri plutôt qu'à la merci d'éléments pour le moins incertains. Une moiteur qu'il faut attribuer aussi et surtout à la fièvre du public qui a rejoint petit à petit les rangs des trémousseurs de dance floor jusqu'au milieu de la nuit.

Cette édition fut particulièrement électronique, tant les beats amenés par les artistes étaient façonnés à coups de machines judicieusement positionnées, de câbles astucieusement tirés, et d'esprits admirablement orientés. Un festival, quelle que soit sa taille, c'est un peu comme une poissonnerie (l'odeur d'arrière-cour en moins, dans le meilleur des cas), c'est selon les arrivages. Mais que l'on ne se méprenne pas : les arrivages étaient scrupuleusement vérifiés, calibrés, validés, tamponnés et double-tamponnés, et aujourd'hui nous sommes fiers d'avoir pu proposer de si talentueux artistes sur ce petit Open'Arts #2.

Et puisqu'on était en direct à la radio, et que la radio cherche à ne rien oublier tout en conservant son esprit sans retouche, nous voici avec la primeur qui les caractérise avec des podcasts vibrants de l'énergie qui a régné ce soir-là.

Pour ouvrir le bal, c'était KELIT sur scène, avec une performance d'autant plus remarquable que le public n'affluait pas encore (mais où étiez-vous, bordel ?), et pourtant le truc était là, bien vivant, en rythmes syncopés et basses roulantes. Un artiste à suivre de très près, et s'il fallait vous en convaincre, en plus de vous faire une idée à l'écoute du podcast, retenez que lorsque d'autres artistes présents devant le set vous glissent « c'est trop bien ce qu'il fait, ce gars-là ! » c'est en général assez bon signe.

KELIT

435
La timidité d'un public rongé par l'inquiétude de fondre sous la pluie en cette fin de journée n'a rien enlevé à la détermination de KELIT pour cette belle ouverture de l'Open'Arts #2 ! Une performance tonique qui se lisait aussi avec les yeux sur une installation vidéo simple mais percutante !
Pour la suite, et bien que des machines fussent impliquées dans le tournage (mais non maltraitées, quoique...), lorsque SebSeb a investi la scène, c'était bien la vue "non électro" de la soirée qui nous était proposée. Des paroles engagées sur un flow enragé, alors que la timidité du public fondait lentement.

SebSeb

242
Dans les milieux autorisés, on ne s'empêche pas de le dire haut et fort : « Ça dénonce ! ». SebSeb, en duo sur la forme, manie le verbe et la poésie cadencée. On le pousse, on le slamme, on l'anime. Rap conscient ou éclairé, le chemin est tracé, il suffit de (ne pas) le suivre (bêtement) !
Tâche ardue pour Urda Project ? Que nenni ! En quelques instants, on installe tranquillement mais sûrement une ambiance éthérée qui nous envoie loin en altitude pour nous faire redescendre de quelques étages d'un coup, puis à nouveau une forte accélération direction l'espace. De tous côtés, de toutes parts, on est entouré par le son, on se crée son univers, façonné à chaque note, chaque impulsion que l'on prend en pleine poitrine.

Urda Project

271
L'onirisme envoûtant d'Urda Project nous transporte immédiatement ! À peine démarré, on respire à pleins poumons les lourdes vapeurs de la chenille au narguilé, celle qui nous transpose au-delà du corps. On plane au-dessus des masses et le public — pourtant debout — est à l'horizontale.
C'est autant graphique que sonore (et c'est quand même cool parce que l'Open'Arts #2 c'est aussi ça !), ça nous fait face, ça scintille de voix, ça pulse de rythme, le public s'agite, s'en prend plein le visage et en redemande. La nuit est tombée mais à l'intérieur avec SpellBox23 il fait jour, coloré et fascinant. Nos aires auditives et visuelles sont en ébullition, le cerveau fond, la soupe est bientôt prête à être goûtée. Attention, c'est chaud !

SpellBox23

261
Ils sont venus à deux. Êtres mystérieux, lui en machines qui tapent, elle en voix cristalline qui nous élève. SpellBox23 envoie, reprend, éructe, inspire... le sol tremble, la nuit tombe, la brume s'épaissit mais des éclairs la zèbrent. Ce n'est pas l'orage, c'est l'Open'Arts #2 !
Transition parfaite vers FLATCAKE, le duo mythique qui nourrit son histoire d'amour avec RADIOM, puisqu'on est bien décidés à taper du pied, à danser face contre eux, eux en symbiose qui d'un regard s'accordent pour la prochaine transition, le prochain scratch qui fera tout, les idées qui fourmillent à la surface des neurones. Il nous en reste encore, profitons-en !

FLATCAKE

388
Oh qu'il est rare de voir la formation FLATCAKE dans ses habits de lumière (et jadis moustachus) ! Et qu'il est doux de les voir réunis sur la scène des Ateliers pour cet Open'Arts #2 dans un set que l'on devine sur-mesure ! Les anciennes amours, le toucher du vinyle allié aux techniques avancées de la production musicale, la joie de sauter partout et l'atmosphère saturée de l'humidité d'un public survolté, c'est bien ça qu'on attendait !
Les Ateliers résonnent de mille échos à l'arrivée du son de Bay Of Fires. Une douceur acide qui fait battre nos cœurs, toujours plus vite, toujours plus fort, dans un rythme effréné qui nous emporte dans une nuit chaude et humide. La matrice originelle en quelque sorte.

Bay Of Fires

321
On entre dans le vif du sujet avec Bay Of Fires : la techno fait son apparition et on ne prend pas de pincettes. La nuit passe et scintille de plus belle, le sol colle déjà depuis longtemps et l'atmosphère est brûlante.
Un terrain savamment préparé depuis plusieurs heures pour Dudy qui, dans une transition merveilleuse, enchaîne sans douleur sur son propre set. Déjà un cran au-dessus niveau BPM. La fureur s'empare de la salle, le public est en trance, de quoi clôturer correctement cet Open'Arts #2 !

Dudy

274
La clôture de cet Open'Arts #2 ne se fait pas en demi-mesure, puisqu'on monte d'un cran sur l'échelle de la techno. Un set qui réveille le passé industriel du bâtiment : on voudrait y voir une friche gigantesque qui vibre au rythme effréné de la musique... et on y est presque, car Dudy fait revivre cet esprit !

... et les images !

Open'Arts #2

© Gilles Marre

voir les photos...
Ce formidable moment partagé entre tous n'aurait pas pu avoir lieu sans l'implication sans faille de tous les acteurs : ceux qui l'ont organisé, ceux qui l'ont soutenu, ceux qui s'y sont produits, ceux qui y ont participé. La grandeur de l'infini n'est rien à côté des mercis que l'on adressera jamais assez à l'équipe des Ateliers, celle de La Lune Derrière les Granges, celle de RADIOM, de TETRA, les soutiens moraux et logistiques comme les Serres Habserschill à Valdurenque, les bénévoles ou intéressés, coups de main pour le rangement et le nettoyage en pleine nuit et le lendemain, pour le montage et la préparation, le booking des artistes, ceux qui étaient sur scène mais aussi ceux qui nous ont gratifié d'une fresque mémorable à l'extérieur du bâtiment, ceux que l'on oublie forcément ici mais qui sont dans nos cœurs et notre esprit.

Rendez-vous très bientôt à l'affût de la riche programmation des Ateliers, de La Lune Derrière les Granges, de TETRA et de RADIOM !

Car s'il est maintenant évident que s'il fait désormais beau et chaud sur tout la France, il ne fait aucun doute que c'est grâce à cet Open'Arts #2 !

Commentaires

Si tu es animateur, tu peux t'identifier pour éviter d'avoir à remplir tout ça.


(ne sera pas publié)


Sur RADIOM.fr, on en a un peu marre des commentaires qui te vendent des pilules pour les messieurs complexés par leur masculinité. Alors on met des vérifications un peu nulles, mais au moins, personne n'essaye de nous vendre des trucs tout pourris. Alors désolé, mais il faut que tu remplisses ça :

Pour vérifier que tu es bien humain(e), réponds à cette simple question : combien font onze fois vingt ? Évidemment, tu as le droit à la calculatrice.
Inscris la réponse ici :

Article

les trucs utiles

Article publié pour l'émission : Adresse permanente de cette page :

Auteur

naturellement radioactif

Hoggins!


563 articles publiés
Le dernier a 7 jours

Événement

incontournable

Open Arts #2

C'était :

Photos

l'album souvenir

Open'Arts #2

© Gilles Marre

Réécouter

je répète pour les deux du fond

Publicité

le début de la fortune

Cette pub me dérange

À lire aussi

vague ressemblance

par Hoggins!, il y a 7 jours

Parce qu'on en a déjà parlé il y a quelques jours dans Festival ATOMique, rendez-vous radioactif ! et qu'il est important que les choses soient dites et claires, voici le... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 7 jours

Ça part sur un plateau en direct. Paf. Pendant quatre jours. Quatre jours de direct à vivre, manger, dormir, boire et déféquer Punk. Ça faisait tellement longtemps qu'on voulait le... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 12 jours

C'est ce vendredi soir qu'ouvre le Festival International de Journalisme organisé par le groupe Le Monde à Couthures-sur-Garonne. Tout près d'ici, tout comme pour « Festival ATOMique, rendez-vous radioactif ! », non ?... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 14 jours

C'est à seulement quelques encâblures, un peu plus bas, un peu plus au Sud. C'est pourtant très près, car c'est près de nous et de ce qu'on aime faire. C'est... lire la suite...

Articles

production abondante

par Hoggins!, il y a 7 jours

Parce qu'on en a déjà parlé il y a quelques jours dans Festival ATOMique, rendez-vous radioactif ! et qu'il est important que les choses soient dites et claires, voici le... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 7 jours

Ça part sur un plateau en direct. Paf. Pendant quatre jours. Quatre jours de direct à vivre, manger, dormir, boire et déféquer Punk. Ça faisait tellement longtemps qu'on voulait le... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 12 jours

C'est ce vendredi soir qu'ouvre le Festival International de Journalisme organisé par le groupe Le Monde à Couthures-sur-Garonne. Tout près d'ici, tout comme pour « Festival ATOMique, rendez-vous radioactif ! », non ?... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 14 jours

C'est à seulement quelques encâblures, un peu plus bas, un peu plus au Sud. C'est pourtant très près, car c'est près de nous et de ce qu'on aime faire. C'est... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 16 jours

Chaleur et moiteur, dans les corps et dans les cœurs, pour cette édition 2019 du Off du festival Pause Guitare. C'était bon et c'était doux, et c'était en compagnie des... lire la suite...

Tous les articles de Hoggins!