Identification






Aïe ! J'ai oublié mon mot de passe !

O YEA

Les dépressifs viennent de Melancholia

vendredi 26 août 2011 à 11h37 par Hoggins!4 commentaires
Kirsten Dunst dans Melancholia, de Lars Von Trier
Kirsten Dunst dans Melancholia, de Lars Von Trier
© Zentropa
Plus d'informations sur l'utilisation des images...

Il est communément admis qu'il n'est pas souhaitable de dévoiler la fin d'un film, le dénouement d'une intrigue, aux personnes qui s'apprêtent à en commencer le visionnage. C'est même pas très sympa.

D'autres, au contraire, pensent que c'est préférable pour apprécier le film. Ce sont des gens très sérieux, et Ecrans.fr y a consacré un article. On y découvre notamment que ce principe est valable pour n'importe quel objet, littéraire, cinématographique, etc. pour lequel il y a une intrigue quelconque.

Ici, il s'agira uniquement d'un film, le dernier de Lars Von Trier, en l'occurrence, nommé Melancholia. Waouh, ça donne vachement envie ! Sachant que Larsie nous a parfois habitués à des drames psychologiques un peu durs, voire poussant carrément au suicide (voir Breaking the Waves), on n'aura peut-être pas forcément envie de pousser la porte du cinoche pour se taper les 2h10 d'un film que l'on imagine être horriblement triste.

J'ai personnellement pris le parti, à propos de ce qui est dit tout au début de cet article, de n'absolument rien dévoiler du film. Je fais encore partie des gens qui considèrent qu'il n'est pas forcément souhaitable de connaître la fin d'Usual Suspects ou de Sixième Sens avant de rabattre son strapontin (ou de démarrer son lecteur DVD).

Je garde cette ligne de conduite pour Melancholia, et vais tenter de vous en parler sans y faillir. Oh, bien sûr, la curiosité vous poussera probablement à aller voir le teaser du film, largement disponible sur Internet, et, ma foi, plutôt bien fait.

C'est qu'en fait, j'aimerais bien que vous alliez le voir dans le même état d'esprit que le mien lorsque je me suis assis en salle : je n'avais absolument aucune idée de quoi pouvait parler ce film. Aucune. Tout juste avais-je reconnu Kirsten Dunst sur l'affiche, et me rappelais de la récente sortie multi-critiquée de son réalisateur Lars Von Trier au dernier festival de Cannes, le film ayant été, quant à lui, alors très bien accueilli.

C'est qu'il faut généralement se méfier des œuvres encensées à Cannes : un courant parfois un peu élitiste parmi les jurys nous a souvent surpris, voire dégoûtés, et rabaissés au rang de spectateurs des masses, qui ne comprendront jamais rien au Septième Art.

Pour une fois, oserais-je penser, on peut dire qu'ils ne se sont pas plantés, et que Melancholia est vraiment un très bon film. Le genre de film qui reste, auquel on pense encore le lendemain, pour l'histoire, les images, l'ambiance...

Melancholia met en scène Kirsten Dunst (Justine) et Charlotte Gainsbourg (Claire), parfaites, toutes deux écrasées par l'inéluctabilité cosmique. Les deux sœurs se ressemblent, et sont pourtant si différentes. L'une rongée par la dépression, l'autre par l'angoisse d'une fatalité inévitable, le tout dans une image qui nous rappelle parfois le style du Dogme (auquel, si je ne m'abuse, Lars Von Trier a largement participé), très proche, sans fioritures, et malgré tout parfois grandiose.

La justesse des personnages et de leurs réactions aux événements est probablement une des clés de l'œuvre. On retiendra la légèreté du père (le fantastique John Hurt), la froideur de la mère (incarnée par le regard bleu acier de Charlotte Rampling), le matérialisme du mari de Claire (Kiefer Sutherland, parfait en autre chose que Jack Bauer) dans ce film en deux parties, chacune consacrée à l'une des deux sœurs, essentiellement sous forme de prétexte à une analyse plus profonde des relations humaines.

J'accorde une mention spéciale au jeu de Kirsten Dunst en mariée dépressive, dont la justesse du ton ne manquera pas de réveiller d'anciens démons mélancoliques chez certains spectateurs. Il suffit d'avoir côtoyé une personne atteinte de cette affection pour saisir le travail effectué sur le personnage.

Ne vous levez pas de votre fauteuil pendant le (très étonnant, mais magnifique) prologue, série de tableaux animés empruntés aux grands maîtres de la peinture (les amateurs du ralenti léché apprécieront), comme une table des matières de l'histoire à venir.

La planète Melancholia s'approche de la Terre. Va-t-elle la frôler d'un peu trop près ?

Un film cataclysmique, dans tous les sens du terme, loin des clichés du genre. Profitez de ce week-end qui s'annonce pluvieux pour vous enfermer dans une salle obscure à la découverte de Melancholia.

Allez, puisqu'on est dans le cosmique, vous apprécierez peut-être ça :


Commentaires

, le 26/8/2011 à 12:13:39
Lars, mon héros ...
, le 3/9/2011 à 11:01:29
OK, peut-être un chouïa à fond sur ce film. Je suis retourné le voir.
, le 10/9/2011 à 03:01:40
Enfin vu ... je ne sais pas s'il égale Antichrist ou Epidemic, mais il m'a laissé sur le cul ... Von Trier a un foutu talent pour recenser la psyché humaine ... un grand film sans aucun doute, puissant et magistral. Et ton article le retranscrit fort bien ...
, le 10/9/2011 à 10:00:32
Voilà. Mais le dernier film de Von Trier que j'ai vu, c'est Breaking The Waves, et ça remonte à assez longtemps. Donc j'ai pas d'élément de comparaison avec les récents, ce qui, dans un sens, n'est pas plus mal.

Si tu es animateur, tu peux t'identifier pour éviter d'avoir à remplir tout ça.


(ne sera pas publié)


Sur RADIOM.fr, on en a un peu marre des commentaires qui te vendent des pilules pour les messieurs complexés par leur masculinité. Alors on met des vérifications un peu nulles, mais au moins, personne n'essaye de nous vendre des trucs tout pourris. Alors désolé, mais il faut que tu remplisses ça :

Pour vérifier que tu es bien humain(e), réponds à cette simple question : combien font zéro plus onze ? Évidemment, tu as le droit à la calculatrice.
Inscris la réponse ici :

Article

les trucs utiles

Adresse permanente de cette page :

Auteur

naturellement radioactif

Hoggins!


635 articles publiés
Le dernier a 2 mois

À lire aussi

vague ressemblance

par Hoggins!, il y a plus de 1 an, mercredi 6 mai 2020

Sous X, vous dites ? Pas tout-à-fait. Ou plutôt tout le contraire. Car on connaît les géniteurs, et c'est pas beau à voir. Alors on vous voit venir, et on avait... lire la suite...

par Simon, il y a plus de 4 ans, mercredi 10 mai 2017

Salut les pouletos, ce soir je suis en canne complet, Prêt à vous éberluer, estomaquer, parce que ce soir on parle ciné, et même plus si affinités... La bise, Cordialement, lire la suite...

par Sophie, il y a plus de 4 ans, samedi 15 avril 2017

Derrière ce titre un peu perché et complexe se cache un concept simple : qui dit émission récente dit nouveau concept... En effet, dans l’émission Good Vibrations, on vous propose... lire la suite...

par Hoggins!, il y a plus de 6 ans, samedi 14 mars 2015

Nouvelle année, nouvelle saison ! Vous souvenez-vous ? On en parle dès que possible dans ces colonnes : la programmation des Trois Jours Trop Courts ! Un rendez-vous important à ne manquer sous aucun prétexte,... lire la suite...

Articles

production abondante

par Hoggins!, il y a 2 mois, jeudi 8 juillet 2021

C'est parti ! Sur trois jours de direct, ce sont les radios de l'ARRA, l'Assemblée Régionale des Radios Associatives d'Occitanie, qui se rassemblent et s'assemblent pour du direct depuis le festival... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 5 mois, samedi 17 avril 2021

Il fallait bien ça pour se remettre : soigner le mal par le mal, battre le fer tant qu'il est encore chaud... choisissez ce qui vous convient le mieux. Après le... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 5 mois, samedi 3 avril 2021

Il ne faudrait pas que ça devienne une habitude. Qu'on soit rompus à l'exercice et qu'on abandonne toute velléité de se voir, dans la vraie vie. Pourtant ça dure, et... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 6 mois, vendredi 26 mars 2021

C'est l'histoire de trois mecs qui se sont mis à faire de la musique, comme ça, un jour. Des gens a priori sans histoire, que tout oppose ou presque. Leurs... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 6 mois, dimanche 14 mars 2021

Ne jamais se faire renvoyer dans les cordes, ça pourrait être la devise du trio infernal composé de La Lune Derrière les Granges 1, Les Ateliers  lire la suite...

Tous les articles de Hoggins!