Identification






Aïe ! J'ai oublié mon mot de passe !

O YEA

Je m'ennuie, je m'invente une vie

mercredi 20 décembre 2017 à 15h06 par Hoggins!8 commentaires

Probablement comme vous, il m'arrive de me promener sur les Internetz mondiaux, porté de lien en lien (c'en est le principe même), de proche en proche, à me retrouver à des endroits improbables mais — presque — toujours intéressants. Et je crois que j'ai mis la main sur quelque chose qui relève de la pathologie psychiatrique, mais qui semble malheureusement fort répandu dans un monde connecté où la présence sur Internet et la capacité à fédérer autour de soi une communauté sont devenues pour certains une nécessité. On pourrait retrouver ce besoin de reconnaissance chez les candidats aux émissions de télé-réalité des années 2010, uniquement motivés par cette soif "d'être connus" en sortant.

TL;DR : j'ai trouvé le compte Twitter d'un "justicier" du piratage d'œuvres protégées par le droit d'auteur, et c'est très rigolo. Je vous invite d'ailleurs à suivre ce compte et prendre votre dose de franche rigolade chaque matin.

Ou plutôt non : ne suivez pas ce compte, vous aggraveriez la pathologie.
Sur les réseaux sociaux, c'est un peu la même chose. Bien sûr, il y a une partie des utilisateurs de Twitter, Facebook ou encore Google+ (qui existe encore) dont le profil n'a d'existence qu'à des fins de communication, de partage d'informations, pour retrouver des anciennes connaissances, etc. D'autres en revanche peaufinent sur ces réseaux sociaux une image qui est parfois aux antipodes de ce qu'ils sont réellement, IRL ("In Real Life", dans la vraie vie).

Pute à clic


Rien de mal à avoir sur Internet une existence factice, caché derrière un pseudonyme. C'est même (et encore plus pour très longtemps) un espace de liberté qui permet ce genre d'excentrismes. Ici, nous nous intéressons davantage à ceux qui chercheront toujours à avoir le bon mot, la bonne punchline, soit en étant à l'origine de ceux-ci, soit en les copiant depuis un autre compte. Là encore aucun jugement, car il semble qu'il n'ait pas fallu attendre l'avènement d'Internet puis des réseaux sociaux pour voir apparaître des créatifs sociables et les suiveurs.

Personnellement, j'ai toujours été un peu pourri niveau répartie ou humour instantané, et je me marre beaucoup sur certains comptes Twitter spécialisés dans la punchline, et j'ai même eu une période où j'étais bon client des Rage Comics, parmi les précurseurs de ce que l'on appelle aujourd'hui des mèmes. Je ne jette donc pas la pierre aux individus qui comme moi, forcés de concourir en imitant plutôt qu'en créant, relayent — avec une sélection plus ou moins fine — les trucs marrants ou extraordinaires qu'ils croisent sur les Internetz. En revanche, notez bien que je conchie les entreprises qui ont monté leur business sur ce genre de cochonneries — la sélection n'étant plus fine du tout — et brassent une manne considérable de profils de réseaux sociaux, monétisables comme il se doit. Non, eux je les hais viscéralement, ainsi que leurs méthodes "pute à clic".

Troubles de la personnalité


Au fait... venons-en au fait, voulez-vous. Car je m'égare. Le problème de tous ces comportements, c'est qu'ils poussent vers — ou exacerbent — des affections problématiques, comme l'affabulation, la mythomanie. C'est à se demander s'il n'est pas parfois possible de détecter des troubles de la personnalité.

En tout cas, c'est ce que je pense avoir trouvé. Évidemment, je ne m'amuse pas du malheur des autres, et si j'ai choisi un cas particulier, ce n'est pas uniquement parce que ce que l'on peut lire est complètement bidon, mais surtout pour l'angle choisi par ledit cas.

Petit mouvement en arrière de quelques mois. En juin 2017, une opération policière conjointe des autorités françaises et suédoises mettait fin aux activités du site T411, tracker BitTorrent bien connu de la communauté francophone, reconnu alors pour la taille de son catalogue et la qualité de ses contenus, à 99.99% pirates. Rappelons à toutes fins utiles que le protocole BitTorrent, permettant le partage d'informations (ici de fichiers) de manière décentralisée n'est pas illégal en soi (il est même utilisé par des éditeurs logiciels très connus pour les mises à jour du système d'exploitation qu'ils vendent, car il permet de substantielles économies de bande passante à leurs serveurs, les fichiers nécessaires aux mises à jour étant partagés entre tous les utilisateurs), ce sont bien les utilisations de ce protocole qui sont souvent frauduleuses. T411 était un tracker sur lequel étaient référencés des films, des albums musicaux, des livres, etc. L'accès y était gratuit, sans aucune rétribution des auteurs, et c'est pour ces motifs qu'il a été fermé, après une longue enquête suite à de nombreuses plaintes des ayants droit (les Majors de l'industrie musicale, les studios de cinéma, les éditeurs de BD, etc.).

Étrange opération


Beaucoup de ces acteurs ont salué cette fermeture avec un grand soulagement, ils poussent des cris effroyables depuis que les débits d'Internet permettent l'échange de gros volumes de données. Il n'est pas ici question de relancer le débat sur le réel appauvrissement de la Culture ou le manque à gagner des Majors qui — soyons francs — ne poussent pas à la diversité de l'offre. Notons simplement que si appauvrissement il y a eu, c'était peut-être justement suite à la fermeture d'espaces de partage où des enregistrements très rares et introuvables aujourd'hui dans le commerce que cet appauvrissement s'est amorcé.

En tout cas pour T411, le tracker fermé, les serveurs informatiques saisis, et la plupart des responsables arrêtés, la "communauté" de ses utilisateurs s'est retrouvée désemparée, et bon nombre ont jeté leur dévolu sur YGGTorrent, beaucoup plus petit, mais considéré par certains comme "la relève", malgré une offre particulièrement réduite par rapport à son défunt concurrent.

Et puis ce fut l'annonce : la fusion entre T411 et YGGTorrent. Étrange opération que celle-ci, car comment les responsables de l'un, en prison, pouvaient-ils s'arranger avec la communauté de l'autre ? Dans ce monde des Internetz où l'identité réelle ou supposée est finalement une denrée à la valeur particulièrement élevée, nul doute que tout le monde pouvait alors se revendiquer de T411. Il semblerait donc qu'une petite partie de la communauté ait alors pris soin de dupliquer le contenu du tracker avant sa chute, et ait relancé la machine en s'alliant avec YGGTorrent. Ces opérations s'effectuant en sous-main, nous n'en connaîtrons bien sûr jamais les détails. Seuls des juges, après une énième enquête et de nouvelles arrestations, auront probablement le fin-mot de l'histoire.

Difficile donc pour des gens comme vous et moi de comprendre ce qu'il se passe, avant ou après la chute de tel ou tel tracker. Souvenez-vous de The Pirate Bay : seul un procès médiatisé (car suivi de près par le Parti Pirate suédois) avait pu faire connaître les dessous du plus célèbre tracker d'alors.

Chevaliers blancs


Cependant, c'est justement en tentant d'avoir des informations que l'on tombe parfois sur des perles. Lorsqu'un site Internet ne va pas bien, ne répond pas ou mal, le seul moyen d'avoir de l'information sur sa santé réelle ou supposée est de se tourner vers les réseaux sociaux : c'est là que, peut-être, un(e) community manager prendra la peine d'informer les utilisateurs que le service est en panne mais revient bien vite, etc. C'est donc par un hasard presque total que je tombe sur un tweet plus qu'intrigant :

Ah, cela voudrait donc dire que le site YGGTorrent est hors-ligne. Après une courte vérification, il semble que ça ne soit pas le cas, mais qu'il soit en revanche fort lent. Rien d'anormal en somme.

Tout comme le faisait T411, YGGTorrent se "protège" derrière un CDN ("Content Delivery Network", réseau de diffusion de contenus) qui lui permet de soulager un peu le travail de son site web, mais surtout lui permet d'éviter plus facilement la censure des fournisseurs d'accès à Internet à qui l'on demande (par jugement en référé, par exemple) parfois de bloquer l'accès pour telle ou telle adresse IP qui leur correspond. Oui, un serveur web a une IP, comme votre ordinateur en se promenant sur le Net, c'est comme ça. En se plaçant derrière un service de CDN, les trackers pirates échappent temporairement à ce genre de dispositifs, mais ça ne fait évidemment pas le poids si le service sous-jacent est totalement interrompu. Ça n'a par exemple pas porté particulièrement chance à T411.

En lisant un tel tweet, vous imaginez comme moi que vous avez affaire à une équipe de pirates white hats, sorte de chevaliers blancs des temps modernes, prêts à défendre la veuve et l'orphelin, et le manque à gagner des pauvres petites Majors de l'industrie musicale qui, comme certains députés français en 2017, sont contraints à ne manger que des pâtes. Triste spectac'.

Si l'on prend le temps d'analyser le texte, on remarque quand même que la responsabilité de la supposée "chute" du site web semble donc être attribuée à ce fameux compte Ygg is dead, qui ne perd pas le Nord et qui, pour rester dans les bons thèmes, ajoute le hashtag ("mot-croisillon" si l'on en croit Jean d'Ormesson) #YGG4EVER, ce que l'on pourrait approximativement traduire par "YGG pour toujours", semblant au contraire montrer son soutien à ladite bestiole.

Oh confusion. Car c'est bien en déroulant d'autres tweets du compte en question que les choses deviennent particulièrement savoureuses. J'ai déjà envie d'en savoir plus, et je tombe sur un étonnant hommage à Johnny Hallyday :

Passé ce petit moment d'égarement, si on avait un doute sur les capacités de hacking avancé d'une véritable Dark Army au service des petits chatons malades qui signent des mecs comme JuL parmi leurs meilleurs artistes, ils sont vite dissipés :

Rôlàlà ! Qu'est-ce qu'ils ont l'air forts quand même ! Faire tomber un site web, sauf dans les films ou les séries, c'est pas si simple, et il faut de sacrés moyens et de belles connaissances pour arriver à ses fins... ou un botnet suffisamment docile, oui, c'est vrai.

Moi qui ai toujours rêvé d'être Grand Reporter, journaliste d'investigation (mais dans mon canapé, c'est quand même moins dangereux), mon sang ne fait qu'un tour, et je me sens déjà une âme de Henry Morton Stanley : après avoir trouvé le Docteur Livingstone, il faut que j'en sache plus sur cette "team", ne serait-ce que parce qu'elle semble s'exprimer sur des canaux de communication auxquels je n'ai pas accès. En effet, beaucoup de tweets indiquent des articles de blog ou des vidéos publiées, mais sans jamais aucun lien y menant. C'est bête, mais encore induit dans l'idée qu'il s'agit d'une équipe de hackers, je me dis qu'après tout, il est normal qu'ils communiquent via des moyens discrets.

Arrêtons-nous un instant sur le choix de cette équipe, de combattre le mal au bénéfice "des ayants droit", expression répétée quasiment un tweet sur deux. M'est d'avis qu'il y a deux ou trois fils cachés de Johnny dans le lot, et ils aimeraient bien toucher au grisbi, c'est la moindre des choses. Il est vrai qu'il est peu commun de se déclarer "du côté des gentils" sur Internet, et d'autant plus lorsque l'on agit masqué. Les sociétés chargées de la collecte d'adresses IP au profit des plaignants dans des affaires de piratage d'œuvres protégées par le droit d'auteur se font généralement discrètes. C'est par exemple le cas de TMG (Trident Media Guard), choisie par l'industrie du cinéma et de la musique dans la foulée de l'apparition de l'Hadopi pour leur communiquer les adresses IP des contrevenants. Chacun a son business, tout va bien, inutile de le crier sur les toits.

C'est là que l'action de cette fameuse team semble donc aller à contre-courant de ce que l'on voit, et attire forcément mon attention en prétendant produire de nombreuses communications, par vidéo, par blog, interviewés par d'autres médias, etc.

La Fistinière


Par un tweet innocent, je demande donc comment on peut avoir connaissance desdites productions, s'il est possible d'avoir un quelconque lien y menant, et la réponse que je reçois me dirige immédiatement sur la piste du foutage de gueule :


Très bien, envoyons donc ce MP (Message Privé) avec mon adresse mail. Il s'agit de l'adresse mail rattachée à ce site, radiom.fr. Rien de plus banal pour une adresse mail, une partie "locale" (local-part), un séparateur (le "@"), puis une partie "domaine" (domain-part), ici radiom.fr. Les puristes pourront se pencher sur la RFC 3696.

La suite est délectable, et des échanges ubuesques s'ensuivent, car voyez-vous, il est exigé d'avoir une adresse mail "valide". Lorsque l'on s'enquiert des critères objectifs qui permettent de définir si une adresse mail est valide ou non, comme diraient nos amis de La Fistinière, "c'est là que la fête commence". Car lorsqu'on demande ce qu'est une adresse mail valide, on se voit répondre "Pas de Radiom ou de Hotmail et compagnie". Oups. C'est bête, mais il va falloir faire avec, alors histoire d'être sûr, on demande des précisions : quel domaine sera accepté, par exemple ? La réponse ne manque jamais de mordant, décidément :

« ― Opérateurs sérieux
― C'est-à-dire ?
― aol orange sfr etc.. »

Reconnaissons qu'à défaut d'être techniquement valables, ces réponses sont quand même particulièrement savoureuses. La vérité tombe comme un couperet : s'il est si difficile d'obtenir cette information, sous des refus cachés par des excuses incroyables, c'est que cette information n'existe pas.

Alors sans plus attendre, et bien que la conversation ait continué de s'étendre sur plusieurs jours encore sans résultat probant, il est évident que nous n'obtiendrons jamais ces liens. Car il n'existe pas de blog, pas plus que de toute autre preuve de l'action de cette "team", et mon "travail" d'investigation essayait maladroitement de le démontrer.

Même si les échanges continuent (l'ubuesque fable continue, soyez rassurés), force est de constater qu'il est fort possible que la finalité de ce compte Twitter ne soit pas plus que de faire tourner en bourrique les utilisateurs qui semblent s'y intéresser. Une sorte de maison des fous moderne, avec juste ce qu'il faut de répondant pour tenir en haleine, mais absolument rien que l'on puisse se mettre sous la dent. Un troll, ni plus ni moins.

Le journalisme d'investigation s'arrête là pour moi. Je passe le relais à quiconque aura les moyens de persuasion pour tenter d'en savoir plus. Ou tout simplement à quelqu'un qui s'ennuie et qui, au lieu de s'inventer une vie comme ici, veut s'amuser avec ceux dont la volonté de montrer qu'ils existent les pousse à s'enfermer dans des mensonges incroyables.

En bonus, je propose donc aux lecteurs un peu plus "techniques" de se pencher sur quelques tweets qui ne manquent pas de saveur, provenant d'un autre compte Twitter manifestement lié à celui-ci. Finalement, c'est assez attendrissant :



On lui souhaite bien du courage, et on attend bien sûr le résultat ! Pour les plus néophytes d'entre nous, sachez que c'est l'exact équivalent de décider de construire une maison uniquement avec la peinture prévue pour la façade.

Et un dernier pour la route :


... le pire dans l'histoire étant qu'il est très probable que des députés puissent être convaincus de la faisabilité d'un... blocage de port BitTorrent.

Après avoir bien rigolé, revenons rapidement sur une note plus sérieuse : si vous connaissez, de près ou de loin, la personne derrière ce compte, soyez vigilants, c'est quelqu'un qui va mal, et qui a réellement besoin d'aide. C'est un mal commun de nos jours, cette recherche de reconnaissance de ses pairs, par ses actes, par ses convictions.

Aidez ces personnes, c'est de la réelle détresse que l'on voit ici, et ce n'est pas un troll.

En vous félicitant pour le courage d'avoir lu jusqu'au bout, bonsoir.

Commentaires

, le 12/4/2018 à 22:33:01
J'étais justement en train de dérouler le fil twitter de ce fameux compte anti ygg, et je me posais la même question quant à ce fameux blog...
La réponse si elle est exacte est triste...
Merci d'avoir fait le boulot d'investigation à ma place en tout cas ;)
, le 12/4/2018 à 23:55:21
Merci, mais certains ont réussi à aller "beaucoup plus loin". Il m'ont contacté à ce sujet après avoir lu cet article, car ils avaient réussi à confondre l'auteur réel de ces tweets en recoupant des comptes sur les réseaux sociaux et à partir de quelques unes de ses erreurs commises en se trompant parmi ses multiples comptes qu'il utilise pour se répondre à lui-même.
Je ne me souviens pas des détails, mais le travail d'investigation avait été, pour le coup, bien plus poussé et efficace que ce que j'ai pu faire ici.
, le 16/8/2018 à 23:17:42
Je viens de comprendre le jeu de mots avec l'illustration, le torrent, toussa. À part ça, cette personne est cinglée, vraiment cinglée, et il/elle continue, discute avec d'autres faux-comptes qui sont censés jouer des personnages qui sont contre son "action". Tout ce temps perdu !
, le 17/8/2018 à 09:47:04
Ah ben je n'y étais pas retourné depuis un certain temps, et effectivement ça ne s'est pas arrêté !
, le 28/1/2019 à 22:28:23
merci pour cette explication le type est fou à lier
, le 3/8/2020 à 17:45:22
Mec, il continu ce taré. Tu penses que c'est possible que ce soit juste un bot qui lance des phrase semi random? Car la quand meme, ca fait des années que ca dure...
, le 3/8/2020 à 21:29:15
Pas impossible qu'il y ait un bot, mais ce qui est sûr, c'est qu'il y a quelqu'un derrière qui répond aux messages privés et aux tweets (en tout cas à l'époque de ma découverte).

Il y a quelques mois, Baborlelefan a fait un petit truc rigolo dessus (https://www.youtube.com/watch?v=FsOxN1v5DBY), il est malheureusement arrivé aux mêmes conclusions que moi...
, le 5/8/2020 à 12:20:52
@Hoggins! : oh excellent ! je l'avais pas vu passer. j'aime beaucoup cette tentative d’accès a du rien :)
Mais sinon, je ne doute pas qu'il y ait un humain derriere, juste que je ne pense pas que tout soit posté a la main. De plus, ces dernier temps, certain messages "contre" la cause semble rester, alors qu'a l'époque, on se faisait kick rapidement.
Mais bon, avec tant de folie, tout est possible :/

Si tu es animateur, tu peux t'identifier pour éviter d'avoir à remplir tout ça.


(ne sera pas publié)


Sur RADIOM.fr, on en a un peu marre des commentaires qui te vendent des pilules pour les messieurs complexés par leur masculinité. Alors on met des vérifications un peu nulles, mais au moins, personne n'essaye de nous vendre des trucs tout pourris. Alors désolé, mais il faut que tu remplisses ça :

Pour vérifier que tu es bien humain(e), réponds à cette simple question : combien font sept plus onze ? Évidemment, tu as le droit à la calculatrice.
Inscris la réponse ici :

Article

les trucs utiles

Adresse permanente de cette page :

Auteur

naturellement radioactif

Hoggins!


615 articles publiés
Le dernier a 23 jours

À lire aussi

vague ressemblance

par Adrian, il y a 7 mois

Oy marin d'eau douce ! Et bienvenue sur notre fier Galion le RADIOM ! Ce soir, nous voguons sur les mers dangereuses du jeu vidéo à la recherche d'un trésor convoité de... lire la suite...

par Hoggins!, il y a plus de 2 ans

Que feriez-vous si votre plan de communication si bien huilé à la veille d'un festival que vous préparez depuis plusieurs mois se voyait grippé par la malveillance de pirates bien... lire la suite...

par Anonymous, il y a plus de 8 ans

Salutations d'Anonymous. Le 19 janvier, le FBI fermait MegaUpload, le plus gros site de partage présent sur Internet. Cette opération a été menée par les défenseurs du plus gros racket organisé de... lire la suite...

par Christian, il y a plus de 11 ans

Ou plutôt Good Morning England, film réalisé par Richard Curtis, actuellement en salle à Castres, ou encore une bande originale dont vous pourriez entendre les titres dans Let There... lire la suite...

Articles

production abondante

par Hoggins!, il y a 23 jours

Mais que voit-on poindre sur ce début de mois de septembre ? Ne serait-ce pas un peu de vie, savamment encadrée par des mesures sanitaires certes, mais un peu de vie... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 2 mois

C'est très probablement le dernier épisode d'At Home... tout court, ou de la saison... ou peut-être... peut-être qu'on aimerait bien ne plus avoir à parler de tout ça, mettre... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 3 mois

On ne va pas se mentir, on aimerait vraiment que toutes ces histoires de pandémie soient derrière nous, qu'elles nous laissent tranquilles, qu'on puisse profiter d'un chaleureux été se profilant... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 3 mois

Sortez les plaids, les tisanes, allumez un feu et détendez-vous : At Home est là. Après un légitime Retour musclé, il faut bien se mettre en ordre de marche... lire la suite...

par Hoggins!, il y a 3 mois

Ça nous est arrivé à plusieurs reprises, et ça recommence. Rien de grave, sinon un studiom qui refroidit par manque de courant électrique. Et sans courant électrique, pas d'émission, même... lire la suite...

Tous les articles de Hoggins!