Identification






Aïe ! J'ai oublié mon mot de passe !

Ces gens qui « ne sont pas CHARLIE »... et dont je fais partie

lundi 12 janvier 2015 à 20h41 par Wil15 commentaires

Dimanche 11 janvier 2015, 09h30, matin brumeux et pluvieux, de cette fine pluie qui semble pénétrer jusqu'à la chair et les os et cheviller le froid hivernal au cœur. Cette bruine insidieuse, partout et régulière, sans fin... qui vous cerne d'inconfort, comme le mal-être qui a, depuis mercredi dernier, écorné les pages du GRAND LIVRE SACRÉ de ce dont il convient, unanimement, d’appeler et de rappeler le nom, « la liberté d'expression ».

Et en effet, partout où mes yeux se posent dans cet espace public détrempé, je tombe sur des vitrines flanquées du mot de solidarité (pas encore logo mais ça ne saurait tarder ‽) « JE SUIS CHARLIE ».

Nous sommes à Castres, ville à la ligne politique municipale, mais pas seulement, fortement imbibée de « valeurs de droite », « une droite républicaine » bien sûr... donc anti-communautariste, pour les autres bien sûr, l'entre-soi droitier étant, pour le reste des « gens d'ici » une règle d'or, bien que non avouée...

Imprimés blanc sur fond noir avec la typographie de CHARLIE HEBDO ou dessinés directement sur un bout de papier blanc, avec un simple crayon. Parfois avec des couleurs et du gribouillage « qui dépasse des lignes », dans lesquels ont sent la patte d'un enfant dont on peut se demander ce qu'il a bien pu comprendre du pourquoi de ce dessin, et dont on peut légitimement douter qu'il en soit à l'initiative seul.

Ils fleurissent sur les vitrines de commerçants (pas tous, cela dit... Manque d'unanimisme ? Désaccord de fond ? "Jemenfoutisme" ? Ou simple oubli ? Combien alors, vu les circonstances du choc et l'unanimisme un poil forcé par certains médias, rappelant Panurge à l'heure du Tweet sans recul – pour mieux sauter ‽ –... combien ont affiché leur soutien, pour ne pas passer pour des sans-cœur, des non patriotes, des ennemis de la liberté d'expression ?) et même aux pieds de la statue de Jean Jaurès sur la place du même nom, où le tribun, enfant du pays, fait face à une place minéralisée, vide de sens et d'histoire, où pullulent les commerces, reflets d'un embourgeoisement du centre-ville et d’où les classes populaires auxquelles s'adressaient Jaurès en son temps (et ses héritiers, il n'y a pas si longtemps encore, rendons hommage à ceux qui s'en montrent encore dignes aujourd'hui !), ont été chassées, sauf à revenir en tant que consommateur et non citoyen...

Pourtant, des citoyens, qui se réclamaient de l'être, sans drapeau ni religion, il y en eu, à plusieurs reprises, lors d'appels à rassemblements, sur cette place.

Les bougies et dessins ont été laissées là (sûrement à l’appréciation des équipes municipales d'agents de propreté qui devront gratter, demain lundi, les cires de mauvaise qualité d'autant de bougies chauffe-plat déposées là pour la communion de ces « citoyens responsables » et fervents défenseurs de la « liberté d'expression » !)... le symbole du rassemblement et des ces lueurs d'espoir malgré le drame était fort, cet abandon de ces symboles en déchets en constitue un autre... tout aussi fort !

Combien d'autres « citoyens responsables » laisseront à leur tour leur symbole d'aluminium et de paraffine sur la voie publique pour le prochain rassemblement prévu cet après midi ‽

Là, devant la statue du socialiste tournant le dos au café à la mode qui va sûrement voir son chiffre d'affaire exploser dans quelques heures pour cause de « liberté d'expression », je me pose tant de questions. Je rage en silence en essayant de ne pas céder à la rancœur et à l'aigreur...

Mais, une fois de plus dans mon expérience sociale quotidienne de vie, je sais déjà que je vais faire tache dans l'unanimisme ambiant, et que cette majorité va m'accuser d'intolérance ou tout du moins me qualifier de trouble fête, voire plus trivialement, de casse-burnes. Qu'un seul d'entre eux me confonde avec un terroriste, et j'en deviendrai un par colère. Mais la pluie s'arrête, le soleil se pointe... il me faut mettre de l'ordre dans mes pensées, que je digère ces faits, des récits, ces nouvelles et ces analyses que je tente de compiler depuis deux jours...

Je ne parlerai pas ici, de présence illégitime des citoyens sur leur places publiques un peu partout en France et ailleurs dans le monde...

Je parlerai ici, seulement des questions que posent CES rassemblements, pour la LIBERTÉ d'expression ou liberté de la presse et CEUX, désertés le reste du temps et laissés aux seuls militants s’épuisant parce que peu nombreux, pour l'EGALITÉ,la FRATERNITÉ ET la LIBERTÉ... dans les mouvements sociaux, dans les syndicats, à la base, dans les entreprises, dans les collectifs de chômeurs, dans les éco-lieux, les SQUATS autogérés, sur les ZAD (zone d'autonomie définitive ou zone à défendre) et dans les luttes trop quotidiennes contre les discriminations sur faciès, sur origine, sur couleur, sur genre, sur classe sociale ou rang hiérarchique professionnel...

Alors que peut dire ou même penser quelqu'un qui ne peut, de façon honnête, dire ou revendiquer en silence « JE SUIS CHARLIE » ? parce que, comme le dit Marcel Sel, à lui même dans son texte (1) :

Tu n’as pas non plus envie de céder au subit engouement pour le journal. Tu n’écriras pas « je suis Charlie ». Parce que ce serait trop facile. Tu as critiqué le journal par le passé. Tu assumes. Ce serait lâche de ne pas le faire. Tu n’as pas compris qu’on ne le condamnât pas pour deux caricatures en particulier qui te semblaient faire l’amalgame entre musulmans et terroristes. Tu n’as pas changé d’avis. Ce serait indigne aujourd’hui de te déclarer solidaire de tout ce que Charlie Hebdo a produit alors que tu ne l’étais pas. Mais ce serait pire encore de ne pas te dresser pour hurler que, quoi qu’ils aient écrit, dessiné ou dit, rien ne justifie, n’excuse, un tel carnage.


Et comment ne pas avoir peur, non pas du terrorisme qui serait désormais à nos portes à tous et chacun, mais des récupérations du massacre et d'une de ses symboliques, par deux des pires ennemis de « l'esprit CHARLIE HEBDO » notamment, mais de la vie en général :

- le libéralisme « marchandisant » tout (voir les boutiques en ligne « JE SUIS CHARLIE » et, de fait, que les fonds soient reversés ou pas à une « noble cause », la « logoisation » d'une image, la vidant de ses questions profondes, comme on a fait de la belle gueule du Ché Guevara, une icône sans plus aucun questionnement sur ce qu'avait pu porter ou pas, le révolutionnaire en question.

- l’État répressif et ses alliés d’intérêts, que sont les identitaires de tout poil, les islamophobes « amalgamants » et les profiteurs rapaces de la moindre minute médiatique pour apparaître « dans le bon camp », celui des gentils « pour la liberté ».

Daniel Mermet, le rappelle (2) :
Il faut que Charlie continue. Non pas comme une marque mais comme un combat. Aujourd’hui, il nous faut toutes nos forces, toute notre raison, pour déjouer les amalgames racistes et l’indécrottable cheptel des profiteurs d’abîme qui se pavanent d’un micro à l’autre.


Bref, « il est CHARLIE », certes, mais avec la réserve qu'il n'est pas CHARLIE sans condition, comme Yannis Youlountas qui :
Bien sûr, emmerde les intégristes de tous bords, emmerde aussi les pseudo-remparts fachos qui ne valent pas mieux, MAIS, emmerde AUSSI les Sarkollande et Valsuppé qui ont tué Rémi Fraisse et plusieurs de ses sœurs et frères anonymes de toutes les couleurs, qui raflent les Roms et détruisent leurs maisons de fortune et leurs affaires personnelles. Ces tyrans en cravates et limousines qui se servent de la mort de ses confrères de Charlie pour justifier leurs lois sécuritaires, inégalitaires, destructrices et répressives au service du capitalisme débridé [...]
(3)

Que penser aussi, des injonctions des médias continus (et parfois certains autres que l'ont pensait plus réfléchis) à mettre dans nos bouches les qualificatifs de « fous », « fanatiques », et autres « extrémistes », tout ceci de façon « évidente » puisque que les adverbes définitifs consistant à dénoncer la barbarie ne manquent pas... (comme si ces fous n'étaient plus des« humains », qu'ils ne l'avaient jamais été... ce contre quoi Boris Cyrulnik s'inscrit en faux (4).

Ainsi nous savons qu'une fois le soufflé médiatique retombé et les coupables exterminés, il n'y aura plus qu'une question à se poser, « où sont les autres terroristes qui en voudrait à notre liberté sacrée ? », et certainement pas « comment notre société a aidé à les fabriquer », y compris (même si ce n'est là que l'huile sur un feu qu'ils n'ont pas allumé eux) dans les rédactions « blanches » de CHARLIE HEBDO ou autres chancres de la liberté d'expression, parfois un poil unilatérale, comme le souligne Halim Mahmoudi (5).

Que dire encore, de la psychologie, face à la réelle diversité de réactions, masqué parla supposé neutralité humaniste des formes de rassemblements « JE SUIS CHARLIE » (6).
Alors que ce discours accorde a priori une valeur égale à toutes les vies, il organise en réalité la hiérarchisation des souffrances et l’indifférence de fait (ou l’indignation purement passagère) par rapport à certaines morts : les morts de la « forteresse Européenne » (1944 depuis 1988 d’après l’ONG Fortress Europe) et les enfants de Gaza – pour prendre deux exemples étudiés par la philosophe J. Butler – ou encore les 37 personnes tuées dans un attentat au Yémen le jour-même du drame de Charlie Hebdo, pour prendre un exemple plus récent.
C'est un prêtre catholique qui aussi le dit, il n'est pas « QUE CHARLIE ». (7)

Et que penser, enfin, des propos d'un des rescapés lui même, de l'attentat, Luz :

"C'est formidable que les gens nous soutiennent mais on est dans un contre-sens de ce que sont les dessins de Charlie", ajoute le dessinateur, "Cet unanimisme est utile à Hollande pour ressouder la nation. Il est utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort", note Luz. "À la différence des anglo-saxons ou de Plantu, Charlie se bat contre le symbolisme. Les colombes de la paix et autres métaphores du monde en guerre, ce n'est pas notre truc", explique-t-il. "On est un journal, on l'achète, on l'ouvre et on le referme. Si des gens postent nos dessins sur Internet, si des médias mettent en avant certains dessins, c'est leur responsabilité. Pas la nôtre", poursuit le caricaturiste. "Je n'étais pas à la manifestation spontanée du 7 janvier. Des gens ont chanté la Marseillaise. On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d'attitude" (8). Propos, à peu de choses, près, partagés par Willem (9).

CHARLIE, je ne le lisais plus, depuis longtemps... alors comment je pourrais dire ce que j'en pensais, s'ils allaient trop loin, ou pas, s'ils étaient racistes ou pas... s'ils faisaient des UNES provocantes pour multiplier les ventes face aux difficultés économiques ou si le départ de Philippe Val les avaient rendu à leur liberté ‽ Je ne savais rien de tout ça, et de ce fait, je ne pouvais « être CHARLIE »...

10h et quelques miettes de minutes... celles que les pigeons n'auront pas. Je souris au monde, en espérant une chose... que les rassemblements de cet après midi et ensuite, débordent l'appel sage à la marche silencieuse, que les panneaux « JE SUIS CHARLIE » soient plus inventifs et directs que ce symbolique et vide slogan fourre tout, que les débats naissent et occupent les rues des semaines durant, que les INDIGNÉS rencontrent les CHARLIE, qui rencontrent les PRÉCAIRES, qui rencontrent les ZADISTES, qui rencontrent les ANARCHISTES, qui rencontrent les CHÔMEURS, qui rencontrent les COLIBRIS, qui rencontrent les CONFÉRENCIERS GESTICULANTS, qui rencontrent les MUSULMANS, etc. non pas pour communier sur la sacro-sainte liberté d'expression, mais pour dialoguer via le conflit et la délibération populaire, sans élus ou en tout cas sans leur rang revendiqués, sans Soral, sans Dieudonné, sans Mahomet ni Jésus, sans Dieu... ni Maître !

Wil.

Commentaires

, le 12/1/2015 à 21:00:52
Ça serait peut-être pas bête d'embaucher des correcteurs à RADIOM, non ? C'est de la radio, certes, mais là, les yeux brûlent !
, le 12/1/2015 à 21:31:53
Ah mais il y a quelques jours, j'ai carrément failli perdre la vue, à croire qu'on avait laissé les manettes du vaisseau à un gamin de 5 ans.

Sinon, ouais, cool, l'article. Ça a juste été écrit mille fois, pas sûr que ça soit la peine d'en remettre une tartine bourrée de fautes et d'approximations sans aucune relecture, avec un style pompeux sans en avoir les moyens. Zola n'est pas mort !
, le 12/1/2015 à 21:41:20
Salut Piment (« Langue Sauce Piquante » ?),
Il y a pas mal de boulot de correction, quoi qu'on en dise. Des accents oubliés, de la ponctuation foireuse, des chiffres à la place de leur équivalent en toutes lettres, etc.
Ici, la tâche est trop importante, et l'article est tel quel. Libre à son auteur de le corriger (avec votre aide ?). Cela reste néanmoins lisible en ce qui concerne, non ?

lijus, effectivement, on a retiré récemment un article qui n'était pas publiable, car non lisible. On travaille dessus, mais ce n'est pas toujours facile de saisir au vol !

Et je ne parle que de la forme.
, le 12/1/2015 à 21:49:06
Je rejoins lijus sur la nécessité de faire du descriptif. Ça ne réussit pas à tout le monde, mais c'est tout de même bien d'essayer. Mais c'est peu compatible avec un essai d'apprenti(e) dactylo.

Pour le fond, libre à chacun de s'exprimer, même s'il faut en "remettre une couche" – pas certain que ce fût nécessaire ici, néanmoins.

C'est amusant : on digresse sur le fond et la forme pour une émission qui a presque le même nom.
, le 12/1/2015 à 23:27:46
Normalement, selon votre condescendance habituelle (et virtuelle) c'est moi qui n'ait rien à foutre de la journée... et qui pond des articles pour aveugles, vous vous êtes les modérateurs et censeurs au dessus de la masse analphabète et vous ne perdez pas de temps à poster des commentaires de cours de récré… remettons un peu les choses à leur places, merci ! On se retrouve sur le site de La Dépêche ! Bisou mes profs de lettre préférés !
, le 12/1/2015 à 23:53:14
Oulà, ça y est. On n'est pas d'accord avec la façon de faire (ou même de penser, si je m'attardais un tant soit peu au contenu), et on se fait engueuler.

Amusant, je croyais qu'on défendait la liberté d'expression, par ici.
, le 13/1/2015 à 11:25:52
Lijus mon ami, ton art de la rhétorique est tout simplement génial, et comme tous les génies, on te comprendra qu'après ta mort, mais je serai alors dans les rues, sur toutes les places publiques pour dire "JE SUIS LIJUS", pour que ceux que tu auras inspiré par tes diatribes, puissent avoir la liberté de critiquer l'orthographe des extrémistes de la faute de français !
, le 13/1/2015 à 11:48:37
Hey, les gars, sans déconner, vous voulez pas aller jouer ailleurs ?
, le 14/1/2015 à 22:35:00
De l'huile sur le feu ! De l'huile sur le feu !

J'ai bien aimé ton article Wil.
Voilà, pas d'arguments, pas de remarque juste un like à l'ancienne.

Aplus
, le 14/1/2015 à 23:12:51
Ça devrait plaire à Piment, je viens de repasser tout l'article en revue, en espérant ne pas l'avoir dénaturé : aéré, corrigé (les espaces là où il faut après les virgules, la ponctuation qui va bien, et les phrases "un peu moins" à rallonge avec des respirations, les accents oubliés, les accords...).
Alors ? Heureuse ?
, le 15/1/2015 à 00:05:49
En effet, merci ! Moins d'analyse périphérique, davantage de concentration sur le fond en lisant cet article, qui prend alors toute sa valeur !
Et je (re)découvre l'utilisation de ce symbole perdu, qui est apparemment apparu lors de la correction : le point exclarrogatif (‽). Merci pour lui.
, le 15/1/2015 à 09:55:51
... et "taper" sur les bœufs suivistes qui clament tous "je suis Charlie" alors qu'ils ne l'ont jamais lu ou ne l'apprécient pas, c'est pas du même acabit que de taper sur les musulmans dans leur ensemble alors que seuls quelques rares "représentants" font parler d'eux ?

Sinon, pour les rageux, il y a aussi http://bescherelletamere.fr/
, le 15/1/2015 à 10:20:14
Tu sembles avoir un problème avec le conflit d'idées Lijus... si je tapais sur les "boeufs suivistes", je les insulterez (celle là elle est pour toi, spécial dédicace !), en les traitant par exemple... je sais pas moi, de "boeufs suivistes". Non, il est plutôt question de questionner (celle là elle est pour Hoggins !) ce que l'unanimisme cache... comme à chaque fois dans l'Histoire, "l'union sacrée" est cet arbre qui cache un forêt très diverse, parfois même grouillante d'opposés tenaces, qui ne tarderont pas à exploser à la face de ceux qui les veulent "unies" sous un seule bannière...

Songe seulement au bordel que ça serait si on avait demandé à tous les "CHARLIE", de s'accorder sur une définition de "la liberté d'expression", on y serait encore ! Mais le débat n'étant pas posé comme tel, chacun a sa définition, intime et personnelle, et "croit" que tout le monde la partage, c'est un acte de "foi républicaine" tout aussi aveugle que la foi en un prophète ou un paradis...
, le 15/1/2015 à 10:22:33
Merci Hoggins pour le blanchiment ! Mon texte est désormais tel l'agneau qui vient de naître !
, le 15/1/2015 à 10:44:20
lijus, il y a certainement eu deux formes de récupération : ceux qui l'ont fait volontairement, et ceux – sans être des bœufs – qui ont simplement suivi par solidarité molle.
Je me suis retrouvé place du Capitole à Toulouse mercredi soir, parce qu'il me semblait qu'il fallait que j'y sois. Sur cette place noire de monde, je n'ai pas vu plus d'une dizaine de pancartes maintenant célèbres, j'ai plutôt vu des gens les larmes aux yeux, principalement et primairement concernés, sans trop comprendre pourquoi, peut-être.
Je pense qu'à ce moment-là, il n'y avait pas encore de récupération, involontaire ou non.
C'est dès le lendemain que Moudenc et sa team on chanté la Marseillaise au même endroit que les choses ont changé.

Quant à moi, j'ai été élevé au Grand Duduche de Cabu, à Junior de Wolinski, et Charb dessinait même dans Science & Vie Junior. Quelles qu'en soient les raisons, ma larmiche était sincère.

Si tu es animateur, tu peux t'identifier pour éviter d'avoir à remplir tout ça.


(ne sera pas publié)


Sur RADIOM.fr, on en a un peu marre des commentaires qui te vendent des pilules pour les messieurs complexés par leur masculinité. Alors on met des vérifications un peu nulles, mais au moins, personne n'essaye de nous vendre des trucs tout pourris. Alors désolé, mais il faut que tu remplisses ça :

Pour vérifier que tu es bien humain(e), réponds à cette simple question : combien font dix-neuf plus treize ? Évidemment, tu as le droit à la calculatrice.
Inscris la réponse ici :

Article

les trucs utiles

Article publié pour l'émission : Adresse permanente de cette page :

Auteur

naturellement radioactif

Wil


108 articles publiés
Le dernier a plus de 4 ans

Publicité

le début de la fortune

Cette pub me dérange

Articles

production abondante

par Wil, il y a plus de 4 ans

Bouh… je vais essayer de te faire peur cher(e) auditeur(trice) ! Voilà quelques années que je me heurte à un phénomène qui serait juste cocasse s'il ne relevait pas d'un tabou... lire la suite...

par Wil, il y a plus de 5 ans

Auditeur, auditrice... RADIOMnaute, RADIOMnaute, cher gens bien ou âme maudite, bonjour ! Tous les matins c'est la même chose, juste après que ton réveil t'ait sorti de ton doux rêve où tu... lire la suite...

par Wil, il y a plus de 6 ans

C'est une fausse pudeur ou peut être pour éviter d'avoir à se justifier... les anarchistes, de nos jours, se réclament plus volontiers d'une "sensibilité libertaire", histoire de pas choquer l'auditoire,... lire la suite...

par Wil, il y a plus de 6 ans

Salut à toi mon ami(e) chômeur(se) et/ou précaire... Ça y est enfin, le soleil est là, et tu recommences à croire aux utopies, tu n'as plus peur de rêver ! Ton... lire la suite...

Chèr(e) auditeur(trice), toi aussi, tu as sans doute éprouvé un jour, le mal de mer et les aléas vagaux (du nom même des malaises de notre ancien président !) qu'on ne... lire la suite...

Tous les articles de Wil