Identification






Aïe ! J'ai oublié mon mot de passe !

Podcasts

Il y en a qui appellent ça la « balladodiffusion » pour préserver notre belle langue française de l'invasion de la perfide Albion (dont, semble-t-il, certains ne se sont toujours pas remis). Appelle ça comme tu veux, il n'empêche que c'est bien pratique pour avoir toujours avec soi les dernières émissions sorties.

Tous les podcasts > Tu t'es vu quand tabou ? :

Les chansons sexistes

Télécharger

  • Pour télécharger le fichier sur le disque dur de l'ordinateur, faites un clic gauche et laissez-vous guider par votre navigateur.
  • Pour lire directement ce fichier dans un lecteur au choix (VLC, par exemple), faites un clic droit, puis sélectionnez "Copier l'adresse du lien". Collez cette adresse dans la boîte de dialogue d'ouverture d'URL de votre lecteur préféré.
Date 05/06/2019 à 19:00:00
Taille 137 Mo
Téléchargé 4 fois (4 intégralement, et 176 partiellement)
Description De même que certaines chansons incitent à la haine, d’autres prônent la violence sexuelle, l’humiliation, la domination et/ou le viol. Ou le mépris envers les homosexuels ou autres orientations sexuelles.

Cependant, dans un pays où la censure n’existe pratiquement plus, il est difficile de condamner formellement un texte, y compris par la justice, car l’auteur peut invoquer un possible — ou un réel — second degré, ou prétendre que les idées ou actions d’un de ses personnages ne reflètent pas ses opinions propres ; ou que, par exemple, il ne dénigre pas LES femmes en général, mais UNE femme en particulier, stupide, ou vénale, ou infidèle...

Par esprit de contradiction, en isolant une phrase de son contexte – à savoir, le reste de la chanson, la discographie entière de l’auteur ou l’époque où le texte a été créé – nous avons pu taxer de sexiste un chanteur qui ne l’est pas, ou peu.

Nous avons ainsi écouté :
- Sale pute, d'Orelsan (accusé devant la justice mais non condamné) ;
- Putain de toi, de Georges Brassens ;
- Baby, de Booba ;
- Femme libérée, de Cookie Dingler (qui se moque la superficialité de cette libération) ;
- Monique, de Jacques Lerouge du groupe Copains comme cochons (qui aborde de façon non sexiste un sujet qui pourrait l’être) ;
- Petite pute, de Saez (plutôt contre le système consumériste que sexiste ?)...

Mais aussi évoqué, brièvement ou non:
- Jeanneton prend sa faucille (viol en réunion entonné innocemment en colo) ;
- Trousse chemise, d’Aznavour (défloraison d'une jeune fille de 17 ans non consentante par un adulte) ;
- Ma copine de baise (au texte très violent mais probablement envers une poupée gonflable et non une femme) ;
- Les sucettes, de Gainsbourg ;
- Comme une blonde, des Délinquantes (contre la bêtise, mais des deux côtés) ;
- Annie couche-toi là et À tes seins, de Claude Nougaro ;
.. Ainsi que de multiples chansons de Brassens, à charge et à décharge... et de nombreux raps, ni sexistes, ni violents...

Bref, nous avons ouvert le débat, sans le refermer ni qualifier les chansons évoquées.

Mais, quelles que soient les justifications de l’auteur, il faut se soucier de l’auditeur, souvent jeune et passif, recevant de façon répétée des textes qu’il perçoit le plus souvent au premier degré, ou qu’il répète sans en comprendre les paroles noyées dans un refrain entraînant. Et qui peut considérer comme une norme les exactions proférées.

Adresse permanente de ce podcast :

Abonnements

les flux magiques

S'abonner aux podcasts de Tu t'es vu quand tabou ? :

Relire

le texte fondateur

L'émission

la maison-mère

Tu t'es vu quand tabou ?

Publicité

le début de la fortune

Cette pub me dérange