Identification






Aïe ! J'ai oublié mon mot de passe !

Viure al paìs

mardi 11 juin 2013 à 19h30 par Olivier6 commentaires
L'auteur de cet article n'a pas renseigné les crédits pour cette image. Qu'est-ce que cela signifie ?
Plus d'informations sur l'utilisation des images...

L'Occitan était en son temps une langue reconnue et une culture considérée par tous. Au XIIIème siècle, une politique de dévalorisation et de répression l'a peu à peu effacé et le français a pris sa place.
Le Languedocien qui a bercé nos Anciens a peu à peu sombré dans l'oubli et ce patrimoine Occitan se résume, pour nombreux d'entre nous, à une croix occitane égarée ici ou là !

L'Occitan est devenu has been !!!
A présent, on préfère un drink et consommer fast food.
On envoie des mails et on balance des tweets.
On se rencontre à un speed dating, on flirte et on fait un break.
On fait du marketing dans une smart up et le week end, on va bouger son body sur le dance floor pour rester dans la hype !!!

En résumé, l'Occitan semble suivre la voie royale pour rejoindre le panthéon des langues mortes ne servant qu'à grappiller quelques points au baccalauréat.
Mais il existe encore de fiers languedociens prêts à donner à l'Occitan un nouvel envol !!!

Jeudi 13 juin, Les Passeurs de Bougnettes vous présentent le Centre Occitan del País Castrés qui développe la pratique de la langue occitane et aide à la connaissance de la langue et de la culture occitanes.

Centre Occitan del País Castrés
« Ostal d'Azalais »
6, rue du Consulat
81100 CASTRES
05 63 72 40 61
azalais (at) wanadoo (point) fr

LeS BougnetteS.
Passaires de tradicion

Commentaires

, le 11/6/2013 à 19:55:48
J'ai toujours trouvé d'une crasse absurdité le fait d'opposer l'anglais, les anglicismes, et l'inclusion de certains termes dans la langue française à l'occitan ou à toute autre langue régionale.

Une langue est faite pour *communiquer*, pas pour se battre !

Oui à la préservation des langues régionales, oui à leur enseignement pour ceux qui le souhaitent. Ils sont légion.
NON à son opposition dos à dos avec d'autres langues ! C'est absurde, contre-productif, communautariste et sectaire !

Ah au fait... je sais de quoi je parle...
, le 11/6/2013 à 23:59:44
Je suis très pro-Occitan et totalement d'accord avec mon collègue ci-dessus :)
La lengua, passaira d'amour ;)
, le 12/6/2013 à 17:01:15
Non au monopole de l'anglais ! Mais rassurons nous, d'autres mots qu'on utilisent tous les jours viennent d'autres langues :

- arabe : alcool, gazelle, jupe, matelas... (On estime que la langue française compte quelque deux cent quinze mots provenant de l'arabe. Ces mots concernent essentiellement l'équitation, l'astronomie, la botanique, les vêtements et la cuisine.)
- espagnol : canari, casque, moustique, patio... (enfin, quand on dit espagnol, ya plusieurs racines dans chaque langue elle même, par exemple,  » chocolat  » vient de l'espagnol chocolate, issu du nahuatl (langue indigène toujours parlée au Mexique et au Salvador) xocoatl - chocolatl, lui-même dérivé de xocolli qui signifie  » amer  » et de atl (mot aztèque) qui désigne l'eau.)
- grec : carotte, chaise, éléphant, tisane...
- italien : brocoli, concerto, macaroni, pergola, pizza, spaghetti, soprano...

Allez, et un petit édito du Monde Diplo de ce mois ci pour finir :

Marché unique, monnaie unique, langue unique ? Les portes et les ponts illustrant les billets européens incarnent déjà la fluidité des échanges entre des commerçants sans ancrage et sans histoire. Faut-il également que les étudiants puissent quitter leur pays sans dictionnaire ? Avec pour seul passeport linguistique un anglais d'aéroport. Utilisable partout, en particulier dans les universités françaises.

Car il paraît que celles-ci restent encore trop « décalées » - comme le reste du pays. Imaginez, on y parle toujours - français ! Mme Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, veut supprimer cet « obstacle du langage ». Il découragerait « les étudiants des pays émergents, la Corée, l'Inde, le Brésil », de venir se former en France.

Vingt-neuf Etats ont pourtant comme langue officielle celle de Molière (cinquante-six celle de Shakespeare). Et le nombre de locuteurs du français ne cesse de croître, en particulier en Afrique. Mais, à en juger par le parcours du combattant qu'elle leur inflige, les étudiants de ce continent ne sont pas ceux que la France veut attirer. Pas assez riches, pas assez susceptibles de payer les (gros) droits d'inscription d'une école de commerce ou d'ingénieurs.

Dans les universités américaines, où la proportion d'étudiants étrangers (3,7 %) demeure très inférieure à celle des établissements français (13 %), nul n'a imaginé combler ce « retard » en enseignant en mandarin ou en portugais. « Si nous n'autorisons pas les cours en anglais, nous nous retrouverons à cinq à discuter de Proust autour d'une table », a néanmoins ironisé Mme Fioraso. M. Nicolas Sarkozy préférait afficher son dédain envers les humanités en plaignant les étudiants condamnés à lire La Princesse de Clèves au lieu de faire du droit ou du business.

Votée en 1994, la loi Toubon dispose que « la langue de l'enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires dans les établissements publics et privés d'enseignement est le français ». Hostiles à cette règle « qui date du siècle dernier », une poignée d'universitaires prestigieux prétendent que la défense du multilinguisme (encore vivace, ce siècle-ci, dans la plupart des organisations internationales) dissuaderait les anglophones de venir étudier à Paris (1).

Mais l'« attractivité » d'une langue ne se résume pas à la vente de formations aux pays émergents. Elle s'affirme en échangeant avec d'autres, en pensant le monde, y compris celui qui vient. La France, qui s'est battue pour défendre son cinéma et son exception culturelle, peut-elle accepter qu'un jour la recherche et la science s'expriment uniquement dans l'idiome, d'ailleurs souvent maltraité, de la superpuissance ?

« Aujourd'hui, relève le linguiste Claude Hagège, le paradoxe est que l'américanisation, la promotion de l'anglais est prise en charge par d'autres que les Américains. » Mais d'autres que les Français - en particulier en Afrique et au Québec - ont permis au pluralisme linguistique de tenir bon. Leur opiniâtreté mériterait d'inspirer les responsables politiques davantage que le fatalisme totalitaire d'un quarteron d'universitaires.

Serge Halimi. (Le Monde Diplomatique - Juin 2013)
, le 12/6/2013 à 17:16:17
Ya des trucs c est comme les religions c est bien quand ca reste personnel.

Moi aussi je copie des trucs dans les commentaires :

1 Faites tremper les raisins secs dans le rhum. Fouettez la crème liquide très froide en chantilly. Concassez grossièrement les fruits secs. Détaillez le nougat en petits dés.
2 Faites bouillir 3 min le sucre et le miel. Fouettez les blancs en neige puis versez le sirop au miel en fouettant jusqu'à complet refroidissement. Incorporez délicatement la chantilly, les fruits secs, le nougat et les raisins égouttés. Versez la préparation dans un moule à cake tapissé de film étirable. Réservez 4 h au congélateur. Démoulez le nougat glacé, coupez-le en tranches et remettez-les au congélateur sur du film étirable.
3 Découpez 54 carrés dans les feuilles de brick. Badigeonnez-les de beurre fondu et parsemez de sésame. Faites colorer 5 min sur une plaque de cuisson au four th. 6-7 (200 °C). Laissez refroidir.
4 Alternez 2 tranches de nougat avec 3 couches de 3 carrés de brick. Servez rapidement.
, le 12/6/2013 à 18:09:48
Dire que "L'Occitan était en son temps un dialecte reconnu" est soit une méconnaissance de l'histoire de nostra lenga, du Fin'amor et de ceux qui l'ont fait vivre... soit une méconnaissance de l'histoire de France. Et que dire d'"une langue morte" qui s'exprime en dub, rock, reggae et électro.... Venez nombreux à ce rendez vous de demain, vous aurez sans doute de quoi vous aider à changer de point de vue et sinon rendez-vous fin juillet pour l'Estivada à Rodez. Potons per tots !
, le 12/6/2013 à 20:35:05
Vive le dub, le rock, le reggae, l'électro et tous les sons ou la culture musicale d' Occitanie se mescla avec d'autres sonorités. Vive les auteurs, les poètes, les acteurs et tous les autres qui font vivre cette langue aujourd'hui sans rentrer dans le régionalisme ou d'autres mots "savant" finissant en -isme.... Venez nombreux à ce rendez vous de demain sur Radiom. Potons per tots !

Si tu es animateur, tu peux t'identifier pour éviter d'avoir à remplir tout ça.


(ne sera pas publié)


Sur RADIOM.fr, on en a un peu marre des commentaires qui te vendent des pilules pour les messieurs complexés par leur masculinité. Alors on met des vérifications un peu nulles, mais au moins, personne n'essaye de nous vendre des trucs tout pourris. Alors désolé, mais il faut que tu remplisses ça :

Pour vérifier que tu es bien humain(e), réponds à cette simple question : combien font douze fois treize ? Évidemment, tu as le droit à la calculatrice.
Inscris la réponse ici :

Article

les trucs utiles

Article publié pour l'émission : Adresse permanente de cette page :

Auteur

naturellement radioactif

Olivier


64 articles publiés
Le dernier a plus de 5 ans

Réécouter

je répète pour les deux du fond

Publicité

le début de la fortune

Cette pub me dérange

Articles

production abondante

par Olivier, il y a plus de 5 ans

Dès aujourd'hui et ce jusqu'au 9 MarS, le Café Plùm de Lautrec organise le festival Plùmiformes ! Des rencontres et des découvertes sont au programme de cette semaine autour des nouvelles formes... lire la suite...

par Olivier, il y a plus de 5 ans

LeS Passeurs de Bougnettes vous invitent à tendre l'oreille sur les ondes de RADIOM ce JeuDi 4 JuiLLet. Une émission en forme de charade à tiroirs. Mon premier devait recevoir... lire la suite...

par Olivier, il y a plus de 5 ans

Jeudi 27 Juin, Les Passeurs de Bougnettes vous invitent à ouvrir vos portes et pousser vos meubles pour faire place à la musique et aux artisans de la chanson... lire la suite...

par Olivier, il y a plus de 5 ans

Jeudi 20 Juin, Les Passeurs de Bougnettes reçoivent Le Moulin des Sittelles. Ce centre d'accueil se trouve non loin de Castres (6 km), dans la vallée de l'Agoût, siège un... lire la suite...

par Olivier, il y a plus de 5 ans

Bonjour ! Jeudi 6 Juin, Les Passeurs de Bougnettes reçoivent l'association Tarn Espoir. Basée à Castres, cette structure a une vocation humanitaire, d'entraide et sociale. Ses objectifs sont la prévention des risques... lire la suite...

Tous les articles de Olivier